La liberté de conscience dans le monde

29-10-2019

Un grand nombre de conventions tant internationales, comme celles des Nations unies, que régionales insistent sur la protection de la liberté religieuse et de la liberté de conscience, qui sont reconnues à égalité. Au niveau européen, ces conventions sont complétées par la Convention européenne des droits de l’homme et la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. La liberté de conscience ou d’opinion recouvre un large spectre de convictions ou de pratiques qui reflète des attitudes relevant de choix individuels et qu’il est difficile de catégoriser. Pour cette raison, les statistiques internationales sont parfois lacunaires et il est difficile de déterminer le nombre de personnes qui jouissent réellement de la liberté de conscience, d’autant que, dans certaines parties du monde, un climat d’intolérance rend problématique l’exercice de cette liberté. La liberté de conscience n’est pas respectée dans tous les pays, soit parce que l’État se rend lui-même coupable de discriminations ou de persécutions, soit parce qu’il est incapable d’endiguer les violences sociétales. Les dénis de la liberté de conscience sont difficiles à dénombrer en raison de la sous-exposition médiatique des victimes persécutées. Dans de nombreux pays, la situation est inquiétante et l’Union européenne s’engage à défendre la liberté de conscience dans ses relations avec ses partenaires. Cette note d’information est la version mise à jour d’une note précédente publiée en avril 2018.

Un grand nombre de conventions tant internationales, comme celles des Nations unies, que régionales insistent sur la protection de la liberté religieuse et de la liberté de conscience, qui sont reconnues à égalité. Au niveau européen, ces conventions sont complétées par la Convention européenne des droits de l’homme et la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. La liberté de conscience ou d’opinion recouvre un large spectre de convictions ou de pratiques qui reflète des attitudes relevant de choix individuels et qu’il est difficile de catégoriser. Pour cette raison, les statistiques internationales sont parfois lacunaires et il est difficile de déterminer le nombre de personnes qui jouissent réellement de la liberté de conscience, d’autant que, dans certaines parties du monde, un climat d’intolérance rend problématique l’exercice de cette liberté. La liberté de conscience n’est pas respectée dans tous les pays, soit parce que l’État se rend lui-même coupable de discriminations ou de persécutions, soit parce qu’il est incapable d’endiguer les violences sociétales. Les dénis de la liberté de conscience sont difficiles à dénombrer en raison de la sous-exposition médiatique des victimes persécutées. Dans de nombreux pays, la situation est inquiétante et l’Union européenne s’engage à défendre la liberté de conscience dans ses relations avec ses partenaires. Cette note d’information est la version mise à jour d’une note précédente publiée en avril 2018.