Irène TOLLERET Irène TOLLERET
Irène TOLLERET

Grupa Renew Europe

Członkini

Francja - Liste Renaissance (Francja)

Pisemne wyjaśnienia dotyczące sposobu głosowania Irène TOLLERET

Posłowie mogą przedkładać pisemne wyjaśnienie na temat stanowiska zajętego w głosowaniu na posiedzeniu plenarnym. Art. 194 Regulaminu

Sprzeciw na podstawie art. 112 ust. 2 i 3 oraz art. 112 ust. 4 lit. c) Regulaminu: Najwyższe dopuszczalne poziomy pozostałości różnych substacji, w tym flonikamidu, haloksyfopu i mandestrobiny (B9-0245/2020) FR

17-09-2020

J’ai voté en faveur de cette objection contre l’approbation d’un relèvement des LMRs pour six substances pesticides. Il est important pour moi de clarifier que je ne contexte en aucun cas le bien-fondé de l’avis de l’EFSA, qui est l’autorité européenne chargée d’évaluer la dangerosité de ces produits. Toutefois je ne suis pas d’accord avec la procédure suivie par la Commission européenne en mettant dans un seul règlement les six substances, dont deux ont été sollicitées par des importateurs de produits provenant des pays tiers. Les raisons commerciales ne devraient pas motiver les décisions européennes et j’invite à la Commission européenne à justifier sa décision au cas par cas. Je souhaiterais aussi que les institutions européennes entament une réflexion sérieuse sur le relèvement des LMRs dans le contexte du débat sur le Green Deal, où l’on prévoit une réduction considérable de l’utilisation de pesticides dans l’UE.

Fundusz na rzecz Sprawiedliwej Transformacji (A9-0135/2020 - Manolis Kefalogiannis) FR

16-09-2020

Notre objectif est de faire de l’Europe le premier continent neutre en carbone d’ici 2050 et je soutiens l’exclusion du financement des énergies fossiles par les fonds européens.
Pour réussir, cette démarche doit être menée collectivement par tous les pays de l’Union. C’est tout le sens du Fonds de Transition Juste que nous venons de voter.
Plusieurs régions sont dépendantes du charbon et, pour réussir la transition énergétique, nous devons les accompagner. Nous nous sommes engagés à « ne laisser personne sur le bord du chemin » et pour cette raison nous avons trouvé un compromis. À titre dérogatoire et dans le cadre d’une démarche de transition, il permet, à quelques régions seulement, de financer des projets gaziers pour sortir du charbon et évoluer vers des énergies propres.
En cas de manquement aux mesures restrictives de cette dérogation, les subventions ne seront pas versées.
Ce compromis a permis de lier l'utilisation du gaz au respect de la taxonomie et à l'établissement d'objectifs nationaux de neutralité carbone. Il est impensable d'aider un pays à décarbonner son économie, lorsqu'il ne s'y engage pas formellement pour le faire. Ce compromis est exigeant et contraignant, il permet à tous les européens d’avancer vers la transition énergétique.

Konkluzje z nadzwyczajnego posiedzenia Rady Europejskiej w dniach 17–21 lipca 2020 r. (B9-0229/2020) FR

23-07-2020

En votant en faveur de cette résolution, j’ai apporté mon soutien au plan de relance historique impulsé par le couple franco-allemand et notre groupe Renew. Ce sont plus de 40 milliards € qui seront investis dans notre pays, notamment dans la transition écologique et pour l’emploi des jeunes.
En votant en faveur de cette résolution, j’ai demandé conformément à mes engagements de campagne des ajustements au budget ordinaire dans les négociations qui s’ouvrent entre le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne. De nouvelles ressources propres, comme la taxe GAFA et la taxe carbone aux frontières, sont indispensables pour rembourser la dette européenne et pour investir davantage dans la santé, l’éducation et notre souveraineté économique.
En votant en faveur de cette résolution, j’ai pris l’engagement de me battre sans relâche pour que tous ces financements européens se matérialisent rapidement en projets concrets, apportent des bénéfices tangibles dans la vie quotidienne des Français et des Européens et transforment notre pays et notre continent de manière plus durable, plus inclusive, plus résiliente et plus souveraine.

Projekt budżetu korygującego nr 5 do budżetu ogólnego na 2020 r. – Kontynuacja wsparcia na rzecz uchodźców i społeczności przyjmujących w Jordanii, Libanie i Turcji w reakcji na kryzys w Syrii (A9-0127/2020 - Monika Hohlmeier) FR

10-07-2020

Je me suis abstenue sur le vote autorisant la Commission à destiner 465 millions des marges sous plafond de la rubrique 2 « Croissance durable" (Agriculture) au soutien des réfugiés syriens. Si je suis complètement en faveur de soutenir financièrement les réfugiés, car l’urgence humanitaire est pressante (nous parlons d’enfants, de vies humaines), je suis contre l'origine budgétaire de l'aide.
Dans le cadre de la négociation de la PAC, la ligne budgétaire du FEAGA est particulièrement discutée. Des marges sous plafonds sont budgétées, avec un montant minimum de 300 millions, pour faire face aux situations de crise. Lors de la mise en place des sanctions douanières américaines en octobre 2019, nous avons demandé la mobilisation de ces marges pour la création d’un fonds de compensation destiné aux productions agricoles touchées. Début mars, nous avons demandé leur mobilisation pour la crise COVID. Je ne peux donc pas accepter que la Commission refuse de répondre aux demandes légitimes des agriculteurs d’utiliser une partie du FEAGA prévue dans le CFP. Il n'est pas question de choisir entre les réfugiés ou les agriculteurs. Il faut aider les deux et pour cela, l'UE devrait se munir d'outils financiers appropriés qui répondent à tous les besoins.

Uruchomienie marginesu na nieprzewidziane wydatki w 2020 r. w celu kontynuowania pomocy humanitarnej dla uchodźców w Turcji (A9-0125/2020 - Monika Hohlmeier) FR

10-07-2020

Je me suis abstenue sur le vote autorisant la Commission à destiner 465 millions des marges sous plafond de la rubrique 2 « Croissance durable" (Agriculture) au soutien des réfugiés syriens. Si je suis complètement en faveur de soutenir financièrement les réfugiés, car l’urgence humanitaire est pressante (nous parlons d’enfants, de vies humaines), je suis contre l'origine budgétaire de l'aide.
Dans le cadre de la négociation de la PAC, la ligne budgétaire du FEAGA est particulièrement discutée. Des marges sous plafonds sont budgétées, avec un montant minimum de 300 millions, pour faire face aux situations de crise. Lors de la mise en place des sanctions douanières américaines en octobre 2019, nous avons demandé la mobilisation de ces marges pour la création d’un fonds de compensation destiné aux productions agricoles touchées. Début mars, nous avons demandé leur mobilisation pour la crise COVID. Je ne peux donc pas accepter que la Commission refuse de répondre aux demandes légitimes des agriculteurs d’utiliser une partie du FEAGA prévue dans le CFP. Il n'est pas question de choisir entre les réfugiés ou les agriculteurs. Il faut aider les deux et pour cela, l'UE devrait se munir d'outils financiers appropriés qui répondent à tous les besoins.

Europejski Zielony Ład (RC-B9-0040/2020, B9-0040/2020, B9-0041/2020, B9-0042/2020, B9-0043/2020, B9-0044/2020, B9-0045/2020, B9-0046/2020) FR

15-01-2020

J’ai voté en faveur de la résolution sur le pacte vert pour l’Europe car il y a aujourd’hui une nécessité urgente d’une action ambitieuse pour faire face aux défis liés au changement climatique et à l’environnement, pour limiter le réchauffement de la planète et éviter une perte massive de biodiversité. Le Parlement doit ainsi soutenir l’engagement de la Commission de transformer l’Union en une société plus saine, durable, équitable et prospère, présentant un bilan neutre des émissions de gaz à effet de serre.
Cependant je regrette fortement l’approbation du paragraphe 57 de ladite résolution qui constate avec inquiétude que l’agriculture, la pêche et la production alimentaire restent le principal facteur de perte de biodiversité terrestre et marine. Je m’oppose à l’idée de l’agriculture comme premier responsable de la perte de la biodiversité alors qu’elle répond à nos besoins de consommateurs. C’est l’activité humaine et les choix de vie que nous faisons qui entraînent le changement climatique et la perte de la biodiversité. Ce ne sont pas les agriculteurs qui sont responsables des modèles que nous imposons par notre consommation.

Kontakt

Bruxelles

Strasbourg