Le Parlement veut une Union européenne de la santé 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • Accès abordable pour tous aux vaccins et traitements contre le COVID-19 
  • Urgence de procéder à des tests de résistance pour les systèmes de soins de santé dans les États membres 
  • Créer un mécanisme européen de réaction en matière sanitaire pour contrer d’éventuelles nouvelles pandémies 
Les députés estiment que l’UE doit jouer un rôle accru en matière de santé publique. ©AdobeStock_Robert-Kneschke  

Le COVID-19 a mis en lumière la nécessité de donner à l’UE un rôle accru dans le domaine de la santé, affirme une résolution sur la future stratégie européenne en matière de santé publique.

Dans une résolution adoptée vendredi par 526 voix pour, 105 contre et 50 abstentions, le Parlement énonce les principes de la future stratégie européenne de santé publique pour l’après-COVID-19.


Les députés soulignent la nécessité de tirer les leçons de la crise du coronavirus et de s’engager dans une coopération nettement plus étroite dans le domaine sanitaire en vue de créer une Union européenne de la santé. Cela devrait inclure des normes minimales communes pour des soins de santé de qualité, sur base des tests de résistance des systèmes de santé des États membres - qui sont à réaliser d’urgence. L’objectif est d’identifier leurs points faibles et de vérifier qu’ils sont prêts à faire face à une possible résurgence du COVID-19.


La résolution appelle à la création d’un mécanisme européen de réaction en matière sanitaire pour réagir rapidement à tous types de crises sanitaires grâce à une coordination accrue et une meilleure gestion de la réserve stratégique de médicaments et de matériel médical. La future stratégie pharmaceutique de l’Union doit prévoir des mesures pour que les médicaments essentiels soient immédiatement disponibles en Europe. Des chaînes d’approvisionnement diversifiées doivent être mises en place afin de garantir à tout moment un accès abordable.


Le nouveau programme EU4Health doté d’un financement de 9,4 milliards d’euros a été très bien accueilli. Les députés estiment que les investissements et les engagements à long terme sont nécessaires. Ils demandent la création d’un fonds de l’Union destiné à améliorer les infrastructures hospitalières et les services de santé. Par ailleurs, les agences européennes de la santé ECDC et EMA, ainsi que la recherche commune en matière de santé, doivent être renforcées.


La crise du COVID-19 n’étant pas terminée, les députés demandent à nouveau à ce que tous les citoyens du monde bénéficient d’un accès abordable aux futurs vaccins et traitements du COVID-19 dès qu’ils seront disponibles. La passation conjointe de marchés par l’Union doit être utilisée de façon plus systématique afin d’éviter que les États membres ne se fassent concurrence lorsque la santé publique est en jeu.


Contexte

La responsabilité première pour la santé publique et notamment les systèmes de santé incombe aux États membres. Toutefois, l’UE a un rôle important à jouer pour améliorer la santé publique, prévenir et gérer les maladies, atténuer les sources de danger pour la santé humaine et harmoniser les stratégies de santé entre États membres.


Le Parlement a constamment encouragé la mise en place d’une politique européenne de santé publique cohérente et, dans une résolution sur la révision du budget de l’UE pour l’après-2020 et le plan de relance, les députés ont plaidé pour la création d’un nouveau programme européen de santé autonome.


La Commission a depuis présenté une proposition de 9,4 milliards d’euros pour le programme EU4Health pour la période 2021-2027, dans le cadre du plan de relance ‘‘Next Generation EU’’.


Pour revoir le débat en plénière, cliquez ici (08.07.2020).