Sassoli : "La force de la nouvelle Europe, ce sont nos communautés" 

 

Extraits du discours du président Sassoli lors de la consultation du gouvernement italien sur la relance économique

Lors d'un discours prononcé lors de la séance inaugurale de la consultation du gouvernement italien sur une stratégie de relance économique post-Covid, le Président du Parlement européen, David Sassoli, a souligné la nécessité d'un nouveau modèle européen. Il a déclaré :

"À Bruxelles, la première phase de la pandémie nous a incités à réfléchir sur la nécessité d'une Europe différente. Nous sommes dans une nouvelle période, ce qui signifie que nous devons faire des choix très différents de ceux pris par le passé. Les Européens reconnaissent que la réponse européenne n'est pas habituelle. Au contraire, l'Union a apporté un changement historique en quelques semaines seulement. Laisser passer ce moment serait une erreur politique. Bien sûr, il reste des questions à clarifier, des négociations à mener à bien et des décisions difficiles à prendre, mais un tournant s'est produit.

"Il ne s'agit pas seulement de mesures d'urgence : les lignes directrices des politiques qui ont régi l'Europe au cours des vingt dernières années, ont changé. Nous savons que le modèle néolibéral qui a poussé l'Union dans les difficultés et les déséquilibres ne doit pas jouer un rôle dans cette nouvelle phase. C'est un nœud politique qu'il faut saisir, si nous voulons vraiment repartir à zéro.

"Il est désormais clair pour tous que personne ne peut agir seul et que le premier et le plus important intérêt national est celui de la cohésion européenne, de son unité et de sa solidarité. Les gouvernements nationaux doivent faire preuve d'une grande responsabilité pour garantir que cet argent soit utilisé de la manière la plus efficace possible. Les fonds qui arrivent dans les trésors nationaux seront publics et toute perte ou tout gaspillage ne sera pas admissible.

"S'assurer que le public est pleinement impliqué dans le processus de relance est fondamental pour son succès. Le public doit être le protagoniste de la reconstruction. Le moment est venu d'établir un rôle public renouvelé dans la politique économique et industrielle. Il ne s'agit pas de prendre des modèles du passé mais de protéger les plus vulnérables de la société et d'aligner les programmes nationaux sur les objectifs européens. Après l'apparition de la maladie de la "vache folle", une politique européenne intégrée de santé animale a été élaborée. Il serait absurde qu'après la crise du Covid, nous soyons incapables d'avoir des normes communes de gestion et d'intervention pour protéger la santé humaine.

"Le plan de relance a été appelé, à juste titre, "Next Generation EU", car il investira dans les prochaines générations. Nous avons la responsabilité de jeter les bases de leur prospérité et de leur développement. Pour ce faire, il faut investir massivement dans les biens communs, tels que l'éducation et la formation, afin de donner à chacun les mêmes chances. Il ne doit plus y avoir de séries A et B d'écoles en Europe. Les jeunes, mais aussi les femmes, ont été particulièrement touchés par cette crise. Les données montrent que malgré des années de progrès, nous pourrions revenir en arrière et nous ne devons pas permettre que cela se produise. Nous avons besoin de réformes structurelles et de mesures de soutien direct aux personnes. Par exemple, l'Espagne a annoncé hier un revenu minimum pour soutenir ses citoyens les plus pauvres.

"Le choix pour l'Union est de trouver un nouveau modèle de développement, basé sur l'économie verte, la durabilité et la transition numérique. Nous voulons être des leaders dans la lutte contre le changement climatique. Il est donc essentiel que les plans de relance nationaux soient alignés sur cet objectif.

"En Europe, même au cours de cette période, nous avons pu constater directement à quel point les pratiques fiscales agressives de certains pays privent d'autres pays de leurs ressources.  Il est juste de remédier à cette situation. La chancelière Merkel en a également parlé récemment et je lui ai exprimé le soutien du Parlement européen.

"L'Union indique le cap à suivre, les gouvernements européens doivent le fixer et garder la main sur la barre. Nous devons construire ensemble une nouvelle personnalité pour notre continent et le faire, comme l'a invité Hermann Hesse, "en enfonçant les racines plus profondément sans secouer les branches."

La video du Président est disponible ici