Évaluer le coût de la non-Europe 2014 -2019

13-04-2015

Cette étude rassemble les travaux en cours sur un projet à long terme visant à évaluer et à analyser le "coût de la non Europe" dans plusieurs domaines thématiques. Cette notion, imaginée par le Parlement européen dans les années 1980, est utilisée ici pour quantifier les gains d'efficacité potentiels qui pourraient être réalisés dans l'économie européenne d'aujourd'hui en mettant en œuvre une série d'initiatives récemment préconisées par le Parlement, depuis un marché unique numérique plus étendu et approfondi jusqu’à des politiques nationales et européennes mieux coordonnées en matière de défense et de développement. Les bénéfices peuvent être mesurés principalement en termes de PIB supplémentaire généré ou d'utilisation plus rationnelle des ressources publiques. La dernière analyse suggère qu'avec le temps, ces mesures pourraient faire faire à l'économie européenne un bond de près de 1,6 billion d'euros par an, soit 12 % du PIB de l'EU 28 (2014). L'étude se veut une contribution au débat en cours sur les priorités d'action de l'Union européenne pendant le cycle institutionnel quinquennal en cours, qui couvre la période 2014-2019.

Cette étude rassemble les travaux en cours sur un projet à long terme visant à évaluer et à analyser le "coût de la non Europe" dans plusieurs domaines thématiques. Cette notion, imaginée par le Parlement européen dans les années 1980, est utilisée ici pour quantifier les gains d'efficacité potentiels qui pourraient être réalisés dans l'économie européenne d'aujourd'hui en mettant en œuvre une série d'initiatives récemment préconisées par le Parlement, depuis un marché unique numérique plus étendu et approfondi jusqu’à des politiques nationales et européennes mieux coordonnées en matière de défense et de développement. Les bénéfices peuvent être mesurés principalement en termes de PIB supplémentaire généré ou d'utilisation plus rationnelle des ressources publiques. La dernière analyse suggère qu'avec le temps, ces mesures pourraient faire faire à l'économie européenne un bond de près de 1,6 billion d'euros par an, soit 12 % du PIB de l'EU 28 (2014). L'étude se veut une contribution au débat en cours sur les priorités d'action de l'Union européenne pendant le cycle institutionnel quinquennal en cours, qui couvre la période 2014-2019.