46

résultat(s)

Mot(s)
Type de publication
Domaine politique
Auteur
Mot-clé
Date

States of emergency in response to the coronavirus crisis: Situation in certain Member States III

17-06-2020

The spread of the coronavirus pandemic has prompted countries to take extensive and far-reaching measures to tackle the consequences of the outbreak. Apart from curbing the spread of the disease, these measures have also posed legal and economic challenges, significantly affecting people's lives. Due to the nature of the virus, citizens' rights and freedoms have been curtailed, inter alia affecting their freedom of movement and assembly, as well as the right to conduct economic activities. Whilst ...

The spread of the coronavirus pandemic has prompted countries to take extensive and far-reaching measures to tackle the consequences of the outbreak. Apart from curbing the spread of the disease, these measures have also posed legal and economic challenges, significantly affecting people's lives. Due to the nature of the virus, citizens' rights and freedoms have been curtailed, inter alia affecting their freedom of movement and assembly, as well as the right to conduct economic activities. Whilst the measures are currently being relaxed, there is debate in some Member States over whether the measures were justified and proportionate. Some Member States resorted to declaring a 'state of emergency', whilst others did not, either because they have no such mechanism in their constitutional framework or because they chose a different path, giving special powers to certain institutions or using and modifying existing legislation. In either case, democratic scrutiny over the situation has been highly important, making parliamentary oversight crucial to ensure the rule of law and respect for fundamental democratic principles. This briefing covers the following countries: Croatia, Denmark, Finland, Luxembourg, the Netherlands, Portugal, and Sweden. It focuses on three key aspects: i) the constitutional framework of the state of emergency or legitimation of the emergency legislation; ii) the specific measures adopted; and iii) the extent of parliamentary oversight exercised on the adopted measures. This briefing is the third in a series aimed at providing a comparative overview of Member States' institutional responses to the coronavirus crisis. The first in the series gives an overview of the responses in Belgium, France, Germany, Hungary, Italy, Poland and Spain, while the second covers Austria, Bulgaria, Estonia, Latvia, Malta, Romania and Slovenia.

Repatriation of EU citizens during the COVID-19 crisis: The role of the EU Civil Protection Mechanism

01-04-2020

According to official estimates, the COVID-19 crisis has left more than 200 000 EU citizens stranded outside the borders of the EU. EU Member States have been making great efforts to retrieve them, often with the help of the EU. The priority has been to return EU citizens by using commercial flights, but as the conditions continue to worsen, other resources have had to be utilised. EU Member States can activate the EU Civil Protection Mechanism to facilitate the repatriation of their and other EU ...

According to official estimates, the COVID-19 crisis has left more than 200 000 EU citizens stranded outside the borders of the EU. EU Member States have been making great efforts to retrieve them, often with the help of the EU. The priority has been to return EU citizens by using commercial flights, but as the conditions continue to worsen, other resources have had to be utilised. EU Member States can activate the EU Civil Protection Mechanism to facilitate the repatriation of their and other EU citizens, if the Emergency Crisis Response Centre assesses that there is no better way. So far, at least 15 countries are reported to have requested the help of the Civil Protection Mechanism, using it to organise flights co-funded with EU funds, and so far repatriating 4 382 EU citizens (and 550 others), first from China, and then from a wide range of countries, including Cape Verde, the Dominican Republic, Egypt, Georgia, Japan, Morocco, the Philippines, Tunisia, the USA and Vietnam. More flights are scheduled to bring people back from other locations. The EU Civil Protection Mechanism has been used more than 300 times to respond to disasters since its establishment in 2001. All the EU Member States, together with Iceland, Montenegro, Norway, North Macedonia, Serbia and Turkey, participate in the Mechanism, but it can also be activated by any country in the world and by certain international organisations. Once the Mechanism is activated, a number of steps follow. The Emergency Crisis Response Centre, as part of the Mechanism, decides on the best response and coordinates it. The EU funds up to 75 % of the costs of the deployment of resources. The 2019 upgrade of the Mechanism boosted the joint capacity for responding to disasters, including medical emergencies. It created rescEU, a reserve of capacities, which has now been augmented to include a stockpile of medical equipment for the COVID-19 response, 90 % of which is funded by the EU. On 27 March 2020, the Commission proposed to further boost the budget for repatriation and for the rescEU stockpile.

Women in parliaments

25-02-2020

This 'Women in parliaments' infographic provides information on the proportion of women in national parliaments, compares representation of women in national parliaments with their numbers in the European Parliament and shows the number of women in the EP by political group. It also gives an overview of female representatives in the EP by Member State and outlines the gender quotas applicable to the 2019 EP elections. This is a further updated version of an infographic of which the previous edition ...

This 'Women in parliaments' infographic provides information on the proportion of women in national parliaments, compares representation of women in national parliaments with their numbers in the European Parliament and shows the number of women in the EP by political group. It also gives an overview of female representatives in the EP by Member State and outlines the gender quotas applicable to the 2019 EP elections. This is a further updated version of an infographic of which the previous edition was published in December 2019, PE 646.110.

Beijing Platform for Action - 25 years on

24-02-2020

This year marks the 25th anniversary of the Fourth United Nations World Conference on Women in Beijing, which represented a turning point for the global agenda for gender equality and resulted in pivotal commitments and objectives, the results of which we still measure today. The Beijing Declaration and the Platform for Action, adopted unanimously by 189 countries at the Conference in 1995, is considered to be the most comprehensive global policy framework for the rights of women. It recognises women ...

This year marks the 25th anniversary of the Fourth United Nations World Conference on Women in Beijing, which represented a turning point for the global agenda for gender equality and resulted in pivotal commitments and objectives, the results of which we still measure today. The Beijing Declaration and the Platform for Action, adopted unanimously by 189 countries at the Conference in 1995, is considered to be the most comprehensive global policy framework for the rights of women. It recognises women’s rights as human rights and sets out a comprehensive roadmap for achieving equality between women and men, with concrete measures and measurable outcomes across a range of issues affecting women and girls. These outcomes are divided into 12 inter-related areas where a need for urgent action was identified: poverty, education and training, health care, violence against women and girls, armed conflict, economic empowerment, power and decision-making, mechanisms to promote advancement of women, women’s human rights, the media, the environment and the rights of the girl child.

Women in parliaments

18-12-2019

This 'Women in parliaments' infographic provides information on the proportion of women in national parliaments, compares representation of women in national parliaments with their numbers in the European Parliament and shows the number of women in the EP by political group. It also gives an overview of female representatives in the EP by Member State and outlines the gender quotas applicable to the EP elections in May 2019. This is a further updated version of an infographic of which the previous ...

This 'Women in parliaments' infographic provides information on the proportion of women in national parliaments, compares representation of women in national parliaments with their numbers in the European Parliament and shows the number of women in the EP by political group. It also gives an overview of female representatives in the EP by Member State and outlines the gender quotas applicable to the EP elections in May 2019. This is a further updated version of an infographic of which the previous edition was published in February 2019.

Auteur externe

CHAHRI, Samy

La violence envers les femmes dans l’Union européenne: État des lieux

22-11-2019

La violence envers les femmes est à la fois une atteinte aux droits humains et une forme de discrimination sexuelle. Résultant des inégalités entre les femmes et les hommes, elle se manifeste sous des formes multiples. Les estimations sur son ampleur sont alarmantes. Elle a de lourdes répercussions sur les victimes et entraîne des coûts importants pour la société. Les Nations unies et le Conseil de l’Europe ont mis en place des instruments qui sont des références fondamentales en matière de lutte ...

La violence envers les femmes est à la fois une atteinte aux droits humains et une forme de discrimination sexuelle. Résultant des inégalités entre les femmes et les hommes, elle se manifeste sous des formes multiples. Les estimations sur son ampleur sont alarmantes. Elle a de lourdes répercussions sur les victimes et entraîne des coûts importants pour la société. Les Nations unies et le Conseil de l’Europe ont mis en place des instruments qui sont des références fondamentales en matière de lutte contre la violence envers les femmes. L’Union européenne prévoit d’adhérer à celui du Conseil de l’Europe, la convention d’Istanbul. L’Union européenne met en œuvre divers moyens pour résoudre ce problème, mais, à l’heure actuelle, ne dispose d’aucun instrument contraignant consacré spécialement à la protection des femmes contre la violence. Bien que l’on observe des tendances communes dans les politiques nationales de lutte contre la violence envers les femmes, tous les États membres n’abordent pas le problème de la même façon. Les nombreuses contributions du Parlement européen visent quant à elles le renforcement de la politique de l’Union dans ce domaine. Le Parlement a réclamé, à plusieurs reprises, l’adoption d’une stratégie de l’Union contre la violence envers les femmes, y compris un instrument juridiquement contraignant. Les parties prenantes expriment plusieurs préoccupations telles que les répercussions de la crise économique et des réactions hostiles à l’égalité des sexes sur le financement de la prévention et de l’aide aux victimes. Elles soulignent la nécessité d’un cadre politique global de l’Union en matière d’élimination de la violence envers les femmes. Elles lancent également leurs propres nouvelles initiatives. Le présent document est une nouvelle mise à jour d’un ancien briefing rédigé par Anna Dimitrova-Stull en février 2014. La mise à jour la plus récente remontait à septembre 2019.

La violence envers les femmes dans l’Union européenne: État des lieux

02-09-2019

La violence envers les femmes est à la fois une atteinte aux droits humains et une forme de discrimination sexuelle. Résultant des inégalités entre les femmes et les hommes, elle se manifeste sous des formes multiples. Les estimations sur son ampleur sont alarmantes. Elle a de lourdes répercussions sur les victimes et entraîne des coûts importants pour la société. Les Nations unies et le Conseil de l’Europe ont mis en place des instruments qui sont des références fondamentales en matière de lutte ...

La violence envers les femmes est à la fois une atteinte aux droits humains et une forme de discrimination sexuelle. Résultant des inégalités entre les femmes et les hommes, elle se manifeste sous des formes multiples. Les estimations sur son ampleur sont alarmantes. Elle a de lourdes répercussions sur les victimes et entraîne des coûts importants pour la société. Les Nations unies et le Conseil de l’Europe ont mis en place des instruments qui sont des références fondamentales en matière de lutte contre la violence envers les femmes. L’Union européenne prévoit d’adhérer à celui du Conseil de l’Europe, la convention d’Istanbul. L’Union européenne met en œuvre divers moyens pour résoudre ce problème, mais, à l’heure actuelle, ne dispose d’aucun instrument contraignant consacré spécialement à la protection des femmes contre la violence. Bien que l’on observe des tendances communes dans les politiques nationales de lutte contre la violence envers les femmes, tous les États membres n’abordent pas le problème de la même façon. Les nombreuses contributions du Parlement européen visent quant à elles le renforcement de la politique de l’Union dans ce domaine. Le Parlement a réclamé, à plusieurs reprises, l’adoption d’une stratégie de l’Union contre la violence envers les femmes, y compris un instrument juridiquement contraignant. Les parties prenantes expriment plusieurs préoccupations telles que les répercussions de la conjoncture économique actuelle sur la prévalence de la violence et sur le financement de la prévention et de l’aide aux victimes. Elles soulignent la nécessité d’un cadre politique global de l’Union en matière d’élimination de la violence envers les femmes. Elles lancent également leurs propres nouvelles initiatives. Le présent document est une nouvelle mise à jour d’un ancien briefing rédigé par Anna Dimitrova-Stull en février 2014. La mise à jour la plus récente remontait à novembre 2017.

Les politiques de l’Union – Au service des citoyens: Promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes

28-06-2019

L’Union européenne, qui s’est engagée à éliminer les inégalités et à promouvoir l’égalité des genres «dans toutes ses activités», a accompli des progrès considérables au cours des dernières années. Néanmoins, la situation reste inégale dans l’Union et, ces derniers temps, les progrès ont ralenti, stagné, voire régressé dans certains domaines. Or, les avantages de l’égalité des genres pour les personnes, l’économie et la société dans son ensemble ont été clairement démontrés. Les enquêtes d’opinion ...

L’Union européenne, qui s’est engagée à éliminer les inégalités et à promouvoir l’égalité des genres «dans toutes ses activités», a accompli des progrès considérables au cours des dernières années. Néanmoins, la situation reste inégale dans l’Union et, ces derniers temps, les progrès ont ralenti, stagné, voire régressé dans certains domaines. Or, les avantages de l’égalité des genres pour les personnes, l’économie et la société dans son ensemble ont été clairement démontrés. Les enquêtes d’opinion publique montrent que, selon la grande majorité des Européens, promouvoir l’égalité des genres est important pour une société juste et démocratique, pour l’économie et pour eux à titre personnel, et qu’une part croissante des citoyens souhaiteraient que l’Union fasse davantage dans ce domaine. Les Européens attendent de l’Union qu’elle renforce son action politique à cet égard. Au cours de la dernière législature, dans le cadre d’un programme plus large concernant l’égalité des genres, les institutions de l’Union ont travaillé sur des propositions de nouveaux textes législatifs européens visant à améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ainsi qu’à lutter contre la violence envers les femmes. La promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes restera l’un des principaux défis à relever dans les années à venir. Les tendances démographiques, les progrès technologiques et les changements apportés à la manière dont nous travaillons ne sont que quelques-unes des questions dont il nous faudra prendre en considération les différentes incidences sur les femmes et sur les hommes. L’Union pourrait poursuivre son engagement dans ce domaine, par exemple, en améliorant la mise en œuvre et l’exécution de la législation existante, en agissant pour la moderniser, en comblant les lacunes en matière de protection et en résolvant les problèmes émergents, ainsi qu’en prenant des mesures non législatives, telles que la collecte et la surveillance de données, la sensibilisation et le soutien aux initiatives nationales et au niveau local. Pour ce faire, il conviendra, à tous les niveaux, d’afficher la volonté politique d’aborder ces questions à travers un large éventail de politiques et de mettre à disposition les institutions, outils et ressources nécessaires pour concrétiser cette détermination. Le présent document est une mise à jour d’un note plus ancienne, publiée avant les élections européennes 2019.

Les politiques de l’Union – Au service des citoyens: Droits de l’homme

28-06-2019

Au cours des 70 années qui se sont écoulées depuis l’adoption de la déclaration universelle des droits de l’homme (le premier document international à définir des normes communes que tous les États doivent respecter), le rôle central et la signification morale, juridique et politique des droits de l’homme sur la scène internationale sont devenus indiscutables. Toutefois, malgré les progrès considérables réalisés dans de nombreux domaines concernant leur reconnaissance, leur codification et leur application ...

Au cours des 70 années qui se sont écoulées depuis l’adoption de la déclaration universelle des droits de l’homme (le premier document international à définir des normes communes que tous les États doivent respecter), le rôle central et la signification morale, juridique et politique des droits de l’homme sur la scène internationale sont devenus indiscutables. Toutefois, malgré les progrès considérables réalisés dans de nombreux domaines concernant leur reconnaissance, leur codification et leur application, les droits de l’homme sont également visés par un nombre croissant d’attaques. Que ce soit dans des zones de guerre ou dans la sphère politique, on assiste désormais souvent à un rejet des droits de l’homme pour des raisons idéologiques. L’Union européenne elle-même n’est pas épargnée par ce contrecoup. Dans ses États membres, une vague populiste a donné du pouvoir à certaines forces politiques qui remettent de plus en plus en question l’importance des droits fondamentaux, tels que le droit à la liberté d’expression. En ces temps troublés pour les droits de l’homme, les sondages d’opinion montrent que les citoyens européens considèrent ces droits comme l’une des valeurs les plus importantes au niveau personnel et les plus représentatives de l’Union elle-même. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et de ses atrocités, les pays européens étaient déterminés à garantir une paix durable et l’Union qu’ils ont créée est fondée sur le respect de la démocratie, de l’état de droit et des droits de l’homme, principes qui guident et façonnent sa législation et ses politiques. L’Union a récemment, en ce sens, adopté une nouvelle législation sur la protection des données et l’accès à la justice, proclamé le socle européen des droits sociaux et lancé des initiatives pour lutter contre les inégalités, la discrimination et les discours de haine. Il est également admis qu’il reste encore beaucoup à faire pour compléter le cadre juridique en vue de lutter contre la discrimination et de renforcer les mécanismes internes de préservation de l’état de droit. Les droits de l’homme constituent en outre un objectif général de l’action extérieure de l’Union. Cette dernière est profondément attachée à promouvoir les droits de l’homme, tels qu’ils sont consacrés par les traités internationaux, dans ses relations avec les pays tiers et les autres institutions multilatérales régionales et mondiales. Au cours de la dernière législature du Parlement européen, l’Union a constamment appliqué et approfondi une série de stratégies politiques qui renforcent son rôle et son image de puissance normative exemplaire. Le maintien et la consolidation de cette politique restent indispensables pour préserver l’image et la crédibilité de l’Union en tant que puissance normative fondée sur des valeurs et capable d’agir, alors même que le principe du multilatéralisme est de plus en plus remis en cause. La présente note d’information est une révision d’un document publié avant les élections européennes de 2019.

Maternity and paternity leave in the EU

25-03-2019

This infographic aims to present the current maternity and paternity leave situation in EU Member States. Maternity leave policies in EU Member States are governed by the 1992 Pregnant Workers Directive. A new proposed directive on work-life balance, due to be voted on by Parliament in April 2019, is expected to introduce a mandatory period of paternity leave across the Union. Most EU countries also grant an additional period of parental leave, but parental leave is not covered in this infographic ...

This infographic aims to present the current maternity and paternity leave situation in EU Member States. Maternity leave policies in EU Member States are governed by the 1992 Pregnant Workers Directive. A new proposed directive on work-life balance, due to be voted on by Parliament in April 2019, is expected to introduce a mandatory period of paternity leave across the Union. Most EU countries also grant an additional period of parental leave, but parental leave is not covered in this infographic. This revised version presents the situation in the 28 Member States as known to us on 18 March 2019.

Evénements à venir

29-09-2020
EPRS online Book Talk | Working for Obama and Clinton on Europe [...]
Autre événement -
EPRS
30-09-2020
EPRS online policy roundtable: Plastics and the circular economy
Autre événement -
EPRS
15-10-2020
ECI Hearing on ‘Minority Safepack - one million signatures for diversity in Europe’
Audition -
LIBE CULT PETI

Partenaires